dimanche 13 janvier 2013

Double Cook strait crossing !


Voir la Vidéo

La journée démarre de bonne heure dimanche 6 janvier à Plimmerton en Nouvelle-Zélande, à quelques kilomètres au Nord/Nord-Est de Wellington.

A 5h00, je passe un ultime coup de téléphone à Thomas Coville qui a suivi de près la situation météorologique du détroit de Cook depuis plusieurs jours. Sauf information contradictoire de dernière minute, le départ de ma traversée de ce détroit en planche à voile est déjà décidé. Les Coastguards sont d’ailleurs prévenus de mon départ entre 5h00 et 8h00, heure locale.

Le jour est à peine en train de se lever, le plan d’eau est calme, il est difficile d’estimer la force du vent avec l’obscurité et ce faible vent qui vient de terre. Un flux de 10 à 15 noeuds de Nord-Est tournant Nord est programmé pour la matinée. Thomas m’indique que le créneau pour traverser s’est encore rétrécit car la dépression attendue arrive plus rapidement que prévu et avec du vent plus fort. Les prévisions pour les jours à venir sont mauvaises : vent trop fort et situations météorologiques encore plus instables… C’est donc aujourd’hui qu’il faut tenter quelque chose, et sans plus attendre !

La bascule du vent au secteur Sud est prévue en début d’après-midi avec un vent qui doit forcir rapidement, je dois me tenir prêt à faire demi-tour en milieu de matinée si ma progression n’est pas suffisante pour ne pas me retrouver au mauvais endroit au mauvais moment. Cela peut très vite arriver dans ce détroit où les conditions changent à une allure impressionnante… Mon matériel me permettra de naviguer dans des conditions très variées (de 0 à 35 nœuds) ; mais le courant peut me jouer des tours dans les petits airs ou lorsqu’il s’oppose à la direction du vent, et naviguer dans un vent fort et une mer formée se complique dans la durée.

Il est 6h00, je quitte la baie de Plimmerton avec un vent d’Est (dû à l’effet de site lié au relief) compris entre 0 et 4 nœuds. Je mets déjà environ 1 heure pour arriver au niveau de Mana Island qui fait face à la baie de Plimmerton, et j’ai très chaud dans ma combinaison intégrale : n’étant pas accompagné d’un bateau, je me dois de porter une tenue suffisamment chaude (en cas de problème et d’attente notamment) et de disposer d’équipements de communication et de sécurité très complets.

Je traverse des veines de courant conséquentes le long de Mana Island, qui impactent ma faible vitesse. Je cherche une route favorable dans cet environnement où les effets de site sont nombreux. Une fois dégagé de la côte et des reliefs, j’espère atteindre le flux plus soutenu attendu en provenance du Nord-Est et tournant Nord car ma progression est difficile. Le vent passe effectivement au Nord, le flux est légèrement moins faible, mais il reste inférieur à 8 nœuds et mes pointes de vitesse sont malheureusement de 5-6 nœuds seulement… Je me dis que j’ai déjà de la chance « d’être sur la route » et j’ai à ce moment-là une seule chose en tête : progresser et progresser encore afin d’avoir parcouru une distance suffisamment importante en milieu de matinée, pour aller au bout sans me faire prendre au piège par la dépression et le vent fort qui arrivent dans l’après-midi.

C’est seulement à l’approche de l’île du Sud que je touche enfin une belle brise le long d’Arapawa Island : le vent accélère le long de la côte depuis le Cap Koamaru et jusque Perano Head où j’approche. Ces 15 minutes de planning me font le plus grand bien et me permettent d’envisager de mettre le pied à terre dans une petite crique de galets située légèrement au Nord de Perano Head.

Après 5h30 de navigation, je boucle ainsi une première traversée du détroit de Cook d’environ 23 milles nautiques entre Plimmerton et Perano Head dans le petit temps. Il est déjà 11h30, je dois vite repartir pour me dégager au maximum de l’île du Sud avant que le vent de Sud/Sud-Ouest ne s’installe. Je m’empresse alors de sortir mon téléphone satellite de mon sac à dos pour appeler Anne-Laure et Gilles qui attendent des nouvelles de ma progression, et j’informe également les Coastguards par VHF.

Lorsque je repars vers 11h40-11h45, l’accélération du vent le long d’Arapawa Island s’est déjà atténuée, ce qui ne me permet pas de planner. Le courant s’est inversé. Le vent de Nord faiblit. Les nuages d’altitude de la dépression qui arrive se font sentir de plus en plus, ils approchent par le Sud-Ouest. Entre 13h30 et 14h00, la mer est d’huile, le vent inexistant, j’ai parcouru un peu plus de 5 milles nautiques dans l’autre sens en direction de Plimmerton. La mer se fonce au loin, le vent de Sud-Ouest arrive. Un voilier à quelques milles plus au Sud regonfle ses voiles, c’est bientôt mon tour. J’espère à ce moment-là que ce bateau ne restera pas très longtemps au milieu du détroit car les conditions seront bientôt moins clémentes…

Une petite heure de vent modéré est annoncée, puis le vent doit forcir ensuite très vite. C’est exactement ce qu’il se passe ! Je suis au début très heureux de voir le vent arriver, car ma vitesse passe de 1-3 nœuds à 6-8 nœuds dans un flux de Sud-Ouest d’une petite dizaine de noeuds. Puis en 5 à 10 minutes à peine, le détroit change de visage : je navigue maintenant au grand largue dans 25-30 nœuds de vent de Sud-Ouest, et chaque fois que je me retourne, le détroit est à chaque fois plus blanc…

Le courant étant dans le sens du vent jusqu’en fin d’après-midi, la mer reste très praticable bien que l’état de la mer se détériore. J’ai, à cet instant, beaucoup de plaisir à naviguer car ce vent me donne de belles sensations sur ma planche, je sais qu’il va m’aider à boucler rapidement la traversée retour. Mais je suis aussi extrêmement concentré car cela fait 8 heures que je navigue, que j’ai encore une quinzaine de milles nautiques à parcourir et que le vent est de plus en plus fort. Je traverse régulièrement des zones avec des accélérations de vent importantes, notamment lors des derniers milles où je longe la côte et où le vent est canalisé le long des reliefs. Anne-Laure et Gilles m’aperçoivent enfin aux jumelles, et sont rassurés à l’idée de me voir approcher de la côte, dans un détroit qui à cette heure-là est moins accueillant…

Après une petite heure de navigation dans le vent fort, je mets pied à terre à Plimmerton à 15h00. J’aurai mis un peu moins de 3h30 au retour. Mon double Cook strait crossing est bouclé après 9 heures de navigation ! Les conditions n’auront pas été simples, mais ce n’était pas une surprise et j’y étais préparé :)

Un grand merci à Anne-Laure et Gilles qui m’ont accompagné de très près dans cette aventure, à Alexander qui m’a donné un grand coup de pouce pour le matériel, à Thomas et Severin qui m’ont conseillé et guidé avec attention pour les données météorologiques et océanographiques (et pour le téléphone satellite !), à ma famille, à Gautier, à Conrad, à Gwénolé et Anne, et à toutes les autres personnes qui m’ont aidé d’une manière ou d’une autre dans la réalisation de ce défi sportif.

Next strait ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

2010 - 2011

  • Championnat de France Brest - novembre
  • Entraînement Funchal [POR] - décembre
  • Coupe du Monde Miami [USA] - janvier
  • Entraînement Buzios [BRA] - février
  • Coupe de France - mars
  • Coupe du Monde Palma [ESP] - avril
  • Coupe du Monde Hyères - avril
  • Coupe du Monde Medemblik [NED] - mai
  • Coupe du Monde Weymouth [GBR] - juin
  • Coupe du Monde Kiel [GER] - juin
  • Championnat d'Europe Nessebar [BUL] - septembre
  • Championnat du Monde Perth [AUS] - décembre

2009 - 2010

  • Championnat de France Brest - novembre
  • Entraînement São Miguel do Gostoso [BRA] - novembre
  • Semaine Olympique Las Palmas [ESP] - décembre
  • Entraînement Funchal [POR] - décembre
  • Coupe du Monde Miami [USA] - janvier
  • Traversée Floride - Cuba: 31 janvier/6 février
  • Entraînement Buzios [BRA] - février
  • Coupe du Monde Palma [ESP] - avril
  • Coupe du Monde Medemblik [NED] - mai
  • Championnat d'Europe Sopot [POL] - juillet
  • Coupe du Monde Weymouth [GBR] - août
  • Championnat du Monde Kerteminde [DEN] - août

CONSEIL GENERAL 56